Bücher online kostenlos Kostenlos Online Lesen
Même pas juif

Même pas juif

Titel: Même pas juif
Autoren: Jerry Spinelli
Ads
bras et ses jambes tournoyant lentement.
    Elle paraissait si légère, tellement faite pour l’air, que j’ai pensé :
    « Elle est heureuse ! » J’ai cru qu’elle allait voler pour toujours,
    tel un flocon de lait d’âne porté par une brise inépuisable, et j’ai
    couru, regrettant de ne pouvoir voler avec elle, avant qu’elle
    disparaisse, avalée par la gueule noire d’un wagon, et alors
    même que je sentais la chaude haleine du chien, j’ai entendu le
    grondement de la porte qui se refermait. J’ai tenté de la
    rejoindre, mais le chien ne me lâchait pas. Soudain, il a disparu,
    remplacé par une botte qui m’a frappé si fort que j’ai décollé du
    sol. Quand je suis retombé, un gourdin a rebondi sur mes
    épaules, puis de nouveaux coups de pied. Le Bottes Noires m’a
    traîné par les cheveux, déclenchant des rires et des claquement
    de mâchoires. Il m’a plaqué contre un mur. Sa main s’est portée
    sur son holster. Le pistolet est apparu, a visé entre mes yeux.
    — Meurs, sale porc !
    Cette voix. J’ai relevé la tête. Ces cheveux roux.
    — Youri ! ai-je crié.
    Le coup est parti.

    177

40

    Le nez me démangeait. La joue aussi. J’ai chassé les
    démangeaisons. Elles sont revenues. Bourdonnements secs. J’ai
    ouvert les yeux. Des nuages blancs voguaient dans un ciel bleu.
    Petites taches volant dans tous les sens. Des mouches.
    Quelque chose sonnait. Douloureuse, mon oreille.
    Douloureux, mon bras. Douloureux, tout mon corps.
    J’étais trempé. Dans l’eau. Je me suis assis. Je me trouvais
    dans une flaque au fond d’un fossé. J’ai tenté de grimper hors
    de là, suis retombé. La sonnerie était incessante. J’ai regardé
    mon bras, où les crocs du chien m’avaient saisi. La plaie était
    couverte d’une croûte, comme du pain rouge sombre. Les
    mouches dansaient autour. Je les ai contemplées. Elles
    s’affairaient, laborieuses.
    J’ai porté la main à mon oreille, celle à laquelle manquait le
    lobe. Mes doigts ont tâté un moignon croûteux, pas grand-chose
    de plus. Me rasseyant, j’ai fermé les yeux. Écouté la sonnerie.
    Janina !
    J’ai rampé hors du fossé. La gare Stawki était déserte. Pas
    de Bottes Noires. Pas de juifs. Plus de trains. La barrière était
    fermée.
    Je me suis dirigé vers les rails vides. J’avais le vertige. Je me
    suis retrouvé par terre. Me suis relevé. Le monde a tangué. J’ai
    remarqué un objet dans la boue durcie. Je me suis penché pour
    le ramasser, le vertige m’a repris, et je suis tombé sur la tête. J’ai
    crié. Me suis endormi. Lorsque j’ai rouvert les yeux, l’objet
    n’avait pas bougé. Un lambeau noir. Sa chaussure. Celle où
    j’avais vu mon reflet. Je l’aurais reconnue entre mille. Je l’ai
    caressée du bout des doigts. Ai souri. M’en suis emparé. Me suis
    redressé. Me suis éloigné en titubant.
    Au bout du quai, je me suis assis, jambes pendant au-dessus
    de la voie ferrée. La sonnerie était forte. La tête s’est remise à
    me tourner. Lorsque j’ai repris conscience, j’étais couché sur les
    178

    rails, la chaussure serrée dans mon poing.
    Les rails quittaient la gare en s’arrondissant. J’ai marché.
    J’ai marché loin de la gare et loin du monde. J’ai marché en
    direction du point que les rails formaient dans le ciel.

    179

41

    Je suis arrivé à hauteur d’un garçon. Il jetait des pierres sur les
    rails. Un chien blanc et noir l’accompagnait. Quand il m’a vu,
    l’animal s’est précipité vers moi. J’ai eu peur, mais il a remué la
    queue et a léché la croûte de mon bras.
    — Qui es-tu ? m’a demandé le garçon.
    Il portait des chaussures et des vêtements. N’avait pas de
    furoncles.
    — Misha, ai-je répondu. Tu as de l’eau ?
    Le soleil flamboyait sur les rails en acier.
    — Où est passée ton oreille ?
    — Elle est restée à la gare Stawki.
    — Où vas-tu ?
    — Aux fours.
    — Quels fours ?
    — Là où vont les trains.
    — Pourquoi ?
    — C’est là qu’est Janina. Tu la connais ?
    Il a secoué la tête.
    — Et Youri ? Et le docteur Korczak ? Tu as de l’eau ?
    — Je peux toucher ton oreille ?
    J’ai dit oui. Il a tendu la main. Je n’ai rien senti.
    — T’es juif ? m’a-t-il demandé en me regardant.
    — Oui.
    J’ai sorti le brassard de ma poche. L’ai glissé à mon bras
    valide.
    — Tu vois ?
    — Oui.
    Il a disparu dans les herbes, suivi de son chien. Il est revenu
    avec une casserole d’eau. J’ai

Weitere Kostenlose Bücher

Jane's Journey: Die Lebensreise der Jane Goodall
Jane's Journey: Die Lebensreise der Jane Goodall von Gerda Melchior , Volker Schütz
Heiße Nächte - eiskalte Intrigen
Heiße Nächte - eiskalte Intrigen von Nalini Singh , Pößneck GGP Media GmbH
Rheinmaerchen
Rheinmaerchen von Clemens Brentano