Bücher online kostenlos Kostenlos Online Lesen
Le clan de l'ours des cavernes

Le clan de l'ours des cavernes

Titel: Le clan de l'ours des cavernes
Autoren: J. M. Auel
Ads
Jean AUEL
    LES ENFANTS DE LA TERRE
    PREMIER LIVRE= :
    LE CLAN DE L'OURS DES CAVERNES
    1
    L'enfant nue quitta l'auvent de peaux de bêtes pour courir vers la crique nichée au creux d'un méandre de la petite rivière. Elle ne pensa pas à
    jeter un regard derrière elle. Rien, depuis qu'elle était venue au monde, n'avait jamais menacé son refuge et ceux qui le partageaient avec elle.
    Elle se précipita dans le courant et sentit rouler sous ses pieds le sable et les galets tapissant le fond qui s'inclinait rapidement. Elle plongea dans l'eau fraîche, émergea en soufflant, et nagea d'une brasse vigoureuse vers la rive opposée. Elle avait appris à nager avant même de savoir marcher et, à cinq ans, elle se trouvait parfaitement à l'aise dans l'eau.
    Par ailleurs, la nage était souvent le seul moyen de franchir un cours d'eau.
    La petite fille joua quelques instants, nageant de-ci de-là, puis se laissa entraîner par le courant. Lorsque la rivière commença à s'élargir et ses flots à bouillonner autour des rochers, elle reprit pied pour gagner le rivage et se mit en quête de galets. Elle posait une dernière pierre sur la pile de celles qu'elle avait choisies parce qu'elle les trouvait particulièrement jolies, quand la terre se mit à trembler.
    L'enfant vit avec stupeur le caillou dégringoler tout seul et, bouche bée, regarda vaciller et s'effondrer sa petite pyramide de galets. Elle s'aperçut seulement alors qu'elle était elle-même secouée, mais elle en ressentit plus de confusion que d'appréhension. Elle regarda autour d'elle, s'efforçant de comprendre pourquoi son univers se trouvait ainsi, inexplicablement bouleversé. La terre n'était pas censée bouger.
    La petite rivière qui, l'instant d'avant, coulait paisiblement, bouillonnait à présent, soulevée par de grosses vagues qui venaient brutalement frapper la berge, charriant des cailloux et de la boue. Les buissons qui bordaient le cours d'eau s'agitèrent comme si quelque force invisible en ébranlait les racines. En aval, des blocs de roche tressautèrent de façon surprenante. Plus loin, dans la forêt, les majestueux conifères se mirent à tituber de manière grotesque. Près de la rive, un pin géant, sapé par le déferlement des eaux, s'abattit lentement avec un craquement sinistre en travers des flots.

    La chute du géant arracha l'enfant à sa stupeur. Elle sentit sa gorge se nouer et la peur commencer de l'envahir. Elle essaya de se tenir debout, mais fut projetée à terre, déséquilibrée par l'étourdissant mouvement du sol. Elle fit une deuxième tentative, parvint à se redresser et, chancelante, n'osa faire un pas.
    quand elle s'aventura enfin en direction de l'auvent de peaux installé en retrait du cours d'eau, un grondement sourd s'éleva, éclata en un mugissement terrifiant. Une crevasse déchira le sol, et il s'en échappa une odeur d'humidité et de moisi ; on e˚t dit l'exhalaison nauséabonde d'un gigantesque b‚illement de la terre. La petite fille resta pétrifiée devant le chaos de rochers et d'arbustes précipités pêle-mêle dans la faille qui ne cessait de s'agrandir en un déchirement de cataclysme.
    Perché de l'autre côté de la crevasse, l'abri de peaux de bêtes vacilla, tandis que le terrain s'éboulait sous lui. La frêle perche de faîtage vacilla, maintint un bref instant son aplomb, puis s'effondra et disparut dans le gouffre, entraînant avec elle l'auvent et tout ce qui se trouvait à
    l'intérieur. La petite fille frémit, les yeux exorbités d'horreur, en voyant le monstre à l'haleine putride engloutir tout ce qui avait donné du sens et un sentiment de sécurité aux cinq premières années de son existence.
    - Maman ! Maamaaan ! cria-t-elle, soudain consciente de ce qui arrivait, sans savoir vraiment si le cri qui résonnait à ses oreilles dans le fracas de la terre en convulsion était bien le sien.
    Elle voulut gagner le bord de la profonde faille, mais une nouvelle secousse la jeta à terre, et elle s'agrippa de toutes ses forces afin de résister aux violents soubresauts.
    Puis la faille se referma, le grondement s'évanouit, et la terre cessa de bouger. Mais la petite fille, allongée à plat ventre contre le sol humide, continua de trembler de terreur.
    Elle avait des raisons d'avoir peur. Elle était seule au milieu d'un désert de hautes herbes et de forêts éparses. Des glaciers enserraient l'horizon au nord. D'immenses troupeaux d'herbivores, et les carnassiers qui y

Weitere Kostenlose Bücher

Haus ohne Hüter
Haus ohne Hüter von Heinrich Böll
Die Sprache unserer Organe
Die Sprache unserer Organe von Jean-Pierre Barral
Auf keinen Fall Liebe
Auf keinen Fall Liebe von Marina Schuster