Bücher online kostenlos Kostenlos Online Lesen
La vengeance d'isabeau

La vengeance d'isabeau

Titel: La vengeance d'isabeau
Autoren: Mireille Calmel
Ads
museau et découvrit ses crocs, leur faisant tourner la tête.
    — Oncle Huc ! lança l’enfant en se levant précipitamment pour courir vers lui.
    — Bonjour, princesse !
    Il l’enleva dans ses bras et à son habitude la fit tournoyer et rire aux éclats. L’animal cessa de grogner, mais son œil suivait chacun des gestes du prévôt. Albérie se leva à son tour et s’approcha de son époux comme il reposait Marie qui en réclamait encore.
    — Non point, damoiselle, ou le ventre vous chavirera.
    —  Encore, encore, encore, insista-t-elle en lui taquinant les jambes.
    — Une fois, une seule et ensuite suffit. J’ai à parler à votre nourrice.
    Il recommença l’opération puis l’emporta sur ses épaules jusqu’aux osselets abandonnés. Il l’assit près des loups, sans crainte, le regard droit dans celui de la louve.
    Marie se mit aussitôt en devoir de jouer avec elle, comme elle l’eût fait avec n’importe lequel de ses chiens, et Huc en conclut que ces deux-là étaient depuis longtemps complices. Il eut un mouvement de recul pourtant lorsque la louve, agacée par l’enfant qui riait à gorge déployée, roula sur le dos, dévoilant un étrange collier à son poitrail : une chaîne d’or ornée d’un pendentif en forme de croix.
    Il voulut tendre la main pour en contempler la finesse, mais la voix d’Albérie le ramena vers elle.
    — Que vas-tu faire, Huc ?
    Il avisa la malle à quelques pas de lui.
    — Que pourrais-je faire, Albérie ?
    Il lui fit face résolument et sourit.
    — M’empêcher de fuir avec elle. La ramener à Vollore. Tenter du moins.
    — Pourquoi ? Il suffit de la voir pour comprendre où est sa race. Un jour ou l’autre, François de Chazeron finirait bien par se douter de quelque chose. Et quand bien même il n’apprendrait jamais, Antoinette ne pourrait lui enseigner ton savoir, ta force. Je me suis demandé souvent si elle serait comme toi ou comme Isabeau. Nulle autre que toi ne pourrait la préparer à affronter son destin. Je suis venu te dire adieu, simplement. J’ai cru comprendre que tu n’avais pas envisagé que je puisse encore avoir une place à tes côtés.
    — Il me rechercherait d’autant plus si nous fuyions ensemble. Et puis il y a Antoinette. Elle aura besoin de toi.
    — Je croyais que tu la détestais ! nota Huc.
    — Ce fut vrai longtemps. Son amour pour Marie nous a rapprochées.
    — Ton amour pour Marie nous a perdus, constata-t-il.
    — Je te rends ta liberté, Huc, repartit-elle, le cœur serré pourtant.
    — Les souvenirs sont un plus grand servage.
    — En nous laissant aller, tu fais preuve d’un grand courage. Une page doit se tourner. Je ne t’ai jamais rien reproché. Fais-en de même désormais.
    Au moment où il allait répondre, son regard accrocha deux silhouettes qui progressaient prudemment vers eux. Malgré les ans et l’alcool, Huc était loin d’être fini. La louve grise avait retroussé les babines et s’était levée d’un bond, son compagnon de même. Huc écarta Albérie d’une main, dégaina sa rapière de l’autre et héla dans l’obscurité.
    — Halte-là !
    Les deux silhouettes quittèrent leur refuge et s’avancèrent en pleine lumière. Frédéric de Montjoie et Etienne de Fouquet. Le capitaine des gardes de Chazeron et son bras droit. Ceux-là mêmes qui avaient obtenu titres et charges en échange de leur silence. Ceux-là mêmes qui avaient arrêté et emprisonné Loraline. Leur épée était sortie du fourreau. En un bond, les deux loups encadrèrent Huc, tandis qu’Albérie attrapait Marie et la mettait hors de portée des coups.
    — Soûlard et traître, jeta Frédéric de Montjoie.
    — Vous m’avez suivi, je gage, grommela Huc, furieux contre lui-même.
    — Je n’ai jamais eu foi dans la promesse d’un ivrogne.
    — C’est dame Antoinette qui vous envoie ?
    — Non point. Le serment fait à notre maître de vous surveiller, vous et votre luronne. Sa disparition mystérieuse nous a rappelé le souvenir de ces tunnels. Notre seigneur a verrouillé tous les accès qu’il trouva il y a cinq années. J’étais certain quant à moi qu’il en restait d’autres. Mais ce que j’ai ouï, palsambleu, est bien au-delà de son imagination et je suis sûr que Chazeron paiera fort cher l’enfant de la sorcière.
    — Moi vivant, jamais !
    — Simple formalité.
    Et, joignant le geste au verbe, il pointa son épée en avant. Huc éclata d’un rire féroce et

Weitere Kostenlose Bücher

Mystic Mountains
Mystic Mountains von Tricia McGill
Kriegsgebiete
Kriegsgebiete von Roland Spranger
Der Code des Luzifer
Der Code des Luzifer von David Gilman
Angerichtet
Angerichtet von Hermann Koch