Bücher online kostenlos Kostenlos Online Lesen
Frontenac_T1

Frontenac_T1

Titel: Frontenac_T1
Autoren: Micheline Bail
Ads
les Iroquois.
    Â 
    1660 Défaite de Dollard des Ormeaux aux mains des Iroquois au Long-Sault.
    Â 
    1665 Envoi du régiment de Carignan-Salières pour mater les Iroquois.
    Â 
    1682 Reprise des guerres iroquoises.
    Â 
    1687 Raid du gouverneur Brisay de Denonville au pays des Tsonontouans.
    Â 
    1689 Début de la guerre de la ligue d’Augsbourg en Europe.
    Â 
    1689 Massacre des habitants de Lachine.
    Â 
    1690 Organisation par Frontenac de raids contre des villages anglais : Pierre Le Moyne d’Iberville à Schenectady, François Hertel à Salmon Falls, René Robineau de Portneuf à Casco.
    Â 
    1690 Siège de Québec par Phips, repoussé par Louis de Buade, comte de Palluau et de Frontenac.
    Â 
    1693 Prise d’importants villages agniers par les Canadiens.
    Â 
    1694 Pierre Le Moyne d’Iberville s’empare des postes anglais de la baie d’Hudson et remet le fort Bourbon aux Français.

Carte du Nord-Est américain vers 1690

1
Versailles, mai 1689
    â€” Monsieur, je vous renvoie au Canada, où je compte que vous me servirez aussi bien que vous l’avez fait ci-devant. Je ne vous en demande pas davantage.
    Dans une économie de mots dont il avait le secret, Louis XIV conférait ainsi publiquement à Louis de Buade, comte de Palluau et de Frontenac, les titres de vice-roi et de gouverneur général de la Nouvelle-France. C’était la première fois que le grand monarque lui adressait la parole depuis son rappel et devant toute la cour, ce qui constituait un retentissant retour en grâce. Le comte de Frontenac balbutia des remerciements empressés d’une voix brisée par l’émotion et s’inclina bien bas devant son roi, plus remué qu’il ne l’aurait cru. Il ne put se défendre d’éprouver un élan de ferveur sacrée devant le demi-dieu qui lui faisait face, auréolé de tout l’éclat de sa royale maturité. Lorsque le vieux militaire se redressa, il constata que le roi avait déjà passé son chemin, entraîné par le tourbillon de courtisans qui le précédaient et le suivaient comme une ombre, pas à pas et avec une patente sujétion.
    Depuis qu’on lui avait remis le billet du ministre Colbert de Seignelay l’enjoignant de se trouver sur le passage du roi lorsqu’il se rendrait à son carrosse, vers les onze heures ce matin-là, Louis de Buade ne tenait plus en place. Sa Majesté a un message d’importance à vous transmettre. Arrangez-vous pour qu’Elle vous voie , avait griffonné le ministre. Ces quelques mots avaient tourné dans sa tête pendant des heures. Cela était bien dans la manière de Louis XIV, s’était dit le comte. Il ne promettait pas de grâces, ne les faisait jamais attendre mais les accordait à l’improviste, comme un cadeau gratuit, sans avoir laissé à d’autres le temps de les espérer. Louis de Buade attendait pourtant cette nomination depuis des mois et rien, jusqu’à ce jour, n’avait transpiré des intentions du monarque. S’il avait perdu la gouvernance du Canada sept ans plus tôt, il ne s’était jamais désintéressé de cette colonie et s’était toujours tenu étroitement informé de ce qui s’y passait. Il nourrissait l’espoir d’y être un jour renvoyé. Une heureuse conjoncture qui venait de se produire sous ses yeux, autant par la volonté du souverain que sous l’instigation soutenue et besogneuse de ses fidèles amis et alliés. Frontenac se voyait à nouveau projeté au-devant de la scène, tiré de l’indifférence et de l’anonymat paralysants dans lesquels il se languissait, lui que la soif d’action travaillait encore sourdement.
    Son trouble était tel qu’il prêta d’abord peu d’attention au caquetage des envieux qui se déclencha autour de lui, sitôt que le monarque eut mis le pied dans son carrosse. Versailles étant Versailles, quand un courtisan décrochait une distinction aussi convoitée, on ne se privait pas de le déchirer à belles dents.
    â€” Notre vieux Frontenac, tout cousu de blessures et parfaitement ruiné, est bien heureux d’aller mourir en Canada plutôt que de crever de faim à Versailles, susurra une coquette de la plus belle eau, tout en faisant virevolter son parasol de plumes

Weitere Kostenlose Bücher

Boeses Blut
Boeses Blut von J.R. Rain , Scott Nicholson , H.T. Night
Der Tod meiner Schwester
Der Tod meiner Schwester von Diane Chamberlain